mickaël andré

   De deuxP1000432

en deux – 2

Sentir

quelque part

Editions Maison Rose 2016

 
01
CONSTAT
PRIMITIF

 

si nous ne sommes pas
contraints
par la dépendance,
c’ est-à-dire par la survie ;
par une dépendance ancrée en
nos corps propres,
c’ est-à-dire en nos êtres,
ou plutôt, pour bien dire, en
ce lieu qui dépasse être et
corps et rend possible leur
mélange, ou plutôt impossible
leur distinction ;
si donc nous ne sommes pas
contraints par cette dépendance
qui nous relie nécessairement à
ceux qui nous accompagnent,
alors nous lâcherons.
dès que besoins et compagnons
ne matcheront plus nous
lâcherons.
dès lors que seront identifiés
des besoins à satisfaire par un
autre éventuel alors
nous chercherons cet autre
depuis le besoin ;
au lieu de nous contenter de la
nécessité d’ être ensemble,
c’ est-à-dire de la dépendance.
ne pas surtout chercher à
satisfaire cette nécessité ;
plutôt que de la satisfaire, la
contempler,
si veut exister la communauté,
l’ entourer.
constat primitif disposant à
jamais,
pour mon existence du moins,
de toute communauté
C’ est ainsi que s’ achève et et
que j’ achève, littéralement, la
lutte contre l’ autonomi-sation,
ou plutôt que s’ ouvre une
radicalité moindre ou plutôt
autre. Pour survivre tout
simplement. Survivre dans ce
monde-ci, je veux dire. Comme
si j’ avais rejeté le pouvoir
des mots, et à la fois
revendiqué leur impuissance.
Comme si l’ humain était une
somme de mots.
Constat primitif.
Exit le lyrisme comme issue et
les belles tirades appelant au
parfait, à dieu, à l’ île du
paradis. Ou plutôt, prendre le
lyrisme pour ce qu’ il est : une
arnaque d’ abord, qui ne fait
que faire croire ; un coup
d’ épée dans l’ eau ; une
soumission devant la vie en se
contentant de mots vides, en
espérant convoiter la vie en se
traînant dans des tapis de
palabres mortes. Ahahah.
Exit donc, malgré le plaisir
qu’ on prend à y planer, où on a
l’ impression de tout voir, de
tout maîtriser. Exit : tenter
de rester à terre donc. Je vais
tenter de rester à terre,
apprendre. Je ne me rendrai pas
compte peut-être si je plane.
Notez-le, descendez-moi,
secouez-moi, frappez-moi,
moquez-vous.
Publicités